Eternity Incorporated

C1-Eternity-incorporated

Eternity Incorporated. Un titre bien mystérieux pendant une bonne partie du roman. Heureusement, je l’ai dévoré, et c’est pas peu dire. Encore un volume qu’on ne peut pas lâcher tellement l’intrigue est prenante. Tiens, c’est pas compliqué, ça me rappelle du Barjavel.

Imaginez : l’Humanité a été décimée il y a plusieurs siècles, et elle ne survit que dans une Bulle hermétique, protégée et guidée par un Processeur omniscient. Sauf qu’un beau jour, le Processeur s’arrête. S’ensuit alors le récit de ce que devient l’Humanité, livrée à elle-même. Tout ceci nous est contée à travers les yeux de trois personnes bien différentes :

– la lieutenant Ange Barnett. Brigadière extérieure, elle sort régulièrement affronter les dangers du dehors, comme le Virus qui frappe encore parfois ses co-équipiers ou les mutants si dangereux, et va nous conduire dans les secrets de l’Extérieur.

– la citoyenne responsable Gina Courage. En charge de la Connectique, elle n’a de cesse de comprendre pourquoi son cher Processeur s’est arrêté, et va nous conduire dans les secrets de la Bulle.

– le citoyen Sean Factory. Il vit en marge de la Bulle, drogué notoire et DJ de génie. Dans sa quête d’un plaisir sans cesse renouvelé, il va nous conduire dans les secrets du Processeur.

Dans un triple récit à la première personne (merci, merci, Raphaël Granier de Cassagnac, de m’avoir réconcilié avec ce mode), nous menons une triple aventure dont la vue d’ensemble, dans une écriture qui nous fait voguer sur les instants, d’avant en arrière, ne nous est offerte que dans les dernières pages, nous tenant en haleine sur ce « Pourquoi ? ».

Pourquoi l’arrêt, pourquoi le Virus, pourquoi Eternity Incorporated ?

Dans cette société futuriste, mais tellement proche, nous pouvons nous interroger sur l’importance de différents thèmes : quelle place réservons-nous à la connaissance, à la politique, au plaisir ? Quand un ordre liberticide se met en place, que faisons-nous pour lutter contre ? Méritons-nous notre liberté ? Qu’en ferons-nous ?

En complément de la lecture, je vous recommande vivement le site, sur lequel, entre autres, on trouve les pistes de Sean, ces morceaux énigmatiques qui prennent enfin corps, et nous transportent sur les ondes musicales.

Publicités